Ce n’était pas le jus d’orange de l’habituel petit déjeuner qu’on sert dans ce type d’évènement qui était rafraichissant ce matin-là

Le 10 avril dernier, à l’Hôtel Delta Montréal, j’ai participé à la 2e journée Repcar du carrefour d’aide à la réussite en compagnie d’Hélène Mercier (voir l’article d’Hélène sur la première journée Repcar dans le pédagoblogue).

Ce n’était pas le jus d’orange de l’habituel petit déjeuner qu’on sert dans ce type d’évènement qui était rafraichissant ce matin-là, mais bien les panélistes ultras engagés dans leur approche pédagogique qui ont su captiver l’attention de tous par leur récit de pratique. Le thème abordé? La classe inversée et ses effets sur la motivation et l’engagement des étudiants.

De plus en plus, la classe inversée fait l’objet d’études, de recherches et d’articles dans le milieu de l’éducation collégiale et universitaire, mais qu’en est-il exactement? Qu’est-ce que la pédagogie inversée?

«Dans une classe inversée, les étudiants doivent s’approprier

les nouveaux contenus avant de venir en classe. Un exemple est

de « déplacer » l’enseignement dans « l’espace d’apprentissage

individuel », en enregistrant des exposés, en les mettant en

ligne et en demandant aux étudiants de les visionner avant

leur venue en classe.»¹

Je ne me lancerai pas ici dans de longues explications théoriques sur la classe inversée préférant plutôt vous informer que lors du 34e colloque de l’AQPC, une quinzaine d’activités traiteront de la classe inversée et des classes d’apprentissage actif. Parmi celles-ci, Enseigner le français et la littérature autrement, c’est possible. La classe inversée dans les programmes préuniversitaires et techniques : regards croisés. (atelier 618 et 407 dans le programme de l’AQPC). Si l’engagement de vos étudiants vous intéresse et que vous avez envie d’explorer de nouvelles approches pédagogiques, vous y trouverez  assurément votre compte.

En attendant, le lien suivant : innovationseducation/la-pedagogie-inversee, vous mènera à un article qui résume bien ce qu’est la classe inversée, quels sont les nouveaux paradigmes à adopter afin d’intégrer cette pédagogie et quels sont les mythes associés  à la classe inversée.

Bonne lecture

¹ Zut!, j’ai renversé ma pédagogie, Pédagogie collégiale, vol. 27, no3 printemps 2014 http://www.aqpc.qc.ca/UserFiles/File/pedagogie_collegiale/Lasry-Vol_27-3.pdf

Cette entrée a été publiée dans Billets pédagogiques, Publications maison, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Ce n’était pas le jus d’orange de l’habituel petit déjeuner qu’on sert dans ce type d’évènement qui était rafraichissant ce matin-là

  1. Bonjour,

    Concernant la journée du 11 avril dernier, les ressources sur la classe inversée sont disponibles en ligne :

    La présentation de monsieur Christian Drouin se retrouve sur son site à l’adresse suivante : http://mrprofdechimie.com/presentations/. Il y a aussi un document présentant des liens sur la classe inversée à cette adresse : http://mrprofdechimie.files.wordpress.com/2014/01/classe-inversc3a9e-description-et-technologie.pdf

    Vous pouvez télécharger ici la présentation de monsieur Dave Bélanger : La classe inversée sous observation.

    De plus, si la classe inversée vous intéresse, il ne fait surtout pas manquer les ateliers suivants à l’AQPC 2014 :
    704, Caroline Cormier et Bruno Voisard, chimie : Le coenseignement et la classe inversée: super combo pour l’encadrement des étudiants
    403, Caroline Hétu, français, secondaire : Attention aux «flops» quand on «flippe»

    Bonne fin de session !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *