La classe inversée…encore!!!

classe inverséeEh bien oui, encore la classe inversée, normal car on en parle partout dans le milieu de l’éducation. Je vous écrivais, il y a quelques semaines, que cette méthode pédagogique allait être abordée lors de l’AQPC . Alors pour ceux qui souhaitent mettre en pratique un principe de la pédagogie inversée, soit  faire une lecture préparatoire aux ateliers qui traiteront  des fameuses classes inversées, voici un lien qui vous permettra de vous préparer!

La classe inversée serait-elle la pédagogie de l’avenir? Isabelle Nizet et Florian Meyer se sont posé la question. Si vous désirez connaître leur réponse, lisez l’article :Réfléchir avant d’inverser la classe.

À bientôt!

Cette entrée a été publiée dans Billets pédagogiques, Non classé, Publications maison, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La classe inversée…encore!!!

  1. Guy Germain dit :

    Si les classes inversées et les pédagogies actives vous allument, il y aura une rencontre du groupe SALTISE le 12 juin prochain au collège Dawson.
    (SALTISE) Supporting Active Learning & Technological Innovation in Science Education, c’est une communauté de pratique qui regroupe des enseignants, des conseillers pédagogiques et plusieurs autres intervenants pédagogiques des secteurs éducatifs anglophone et francophone du grand Montréal et d’ailleurs au Québec. Les principaux objectifs de SALTISE sont basés sur les idées de changement pédagogique impliquant les innovations dans l’enseignement et l’optimisation de l’utilisation de la technologie éducative pour promouvoir l’apprentissage. Tout a commencé par un consortium composé de la faculté des sciences et une poignée de chercheurs en éducation de la région de Montréal répartis dans les établissements d’enseignement suivants ; le Collège Dawson, John Abbott College, le Collège Vanier et à l’Université McGill. Étaient inclus dans le cercle d’amis tous ceux et celles qui pensaient à pratiquer, ou qui pratiquaient des pédagogies actives, comme un certain prof de biologie de BdeB qui prenait part au projet « Sciences en action » utilisant une approche par problèmes et qui vous écrit ces quelques lignes. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *