La science entre le doute et l’erreur

Le doute et l’erreur semblent être deux des grands moteurs qui assurent l’avancement de la science et de la recherche.

Le doute, celui qui nous pousse à chercher une explication rationnelle et bien appuyée de faits et de mesures. C’est aussi ce doute qui pousse le scientifique à tester et tester encore afin de démontrer clairement et avec le moins de doute possible son principe. Et c’est ce petit doute résiduel qui poussera un autre chercheur à aller encore plus loin !  Ce doute est donc très important.
L’erreur, celle qui nous permet parfois d’avancer plus vite que les réussites. Vous avez entendu parler de l’erreur d’Alexander Fleming , qui avait mal fermé le couvercle d’un vase de Pétri par où une petite moisissure a pu se glisser !?!  Vous avez aussi entendu parler des premiers expérimentateurs de l’intracellulaire tentant de faire pénétrer leurs petites électrodes de verre sans succès et finir par donner un coup de poing de rage sur la table et provoquer une vibration suffisante pour permettre à cette fine électrode de franchir enfin la membrane cellulaire !?!  On a aujourd’hui la pénicilline et le petit générateur de vibrations pour permettre aux électrodes de pénétrer dans les cellules isolées en électrophysiologie. Deux erreurs payantes !   Ne soyez pas étonnés, la liste est en fait beaucoup plus longue, mais dans la littérature scientifique, on a plutôt expliqué les résultats de ces erreurs avec beaucoup plus d’esthétisme.
Mais l’erreur qui rend la science beaucoup plus excitante par le fait d’y avoir droit et de pouvoir vous conduire vers des choses parfois extrêmement intéressantes en recherche est malheureusement absente des expérimentations vécues en classe.  Les laboratoires figés dans le temps qui reprennent la démonstration d’un phénomène exemplaire pour la énième fois sont très fréquents en classe.  Balisée, sans réelles surprises, l’expérimentation en classe peut sembler parfois bien peu stimulante aux yeux de certains.

Ceci dit, le doute et l’erreur font l’objet de deux communications très intéressantes et très stimulantes que je vous invite à lire.  Je dois avouer que ça m’a replongé dans les belles années passées à faire de la recherche vers la fin de mes études.

L’erreur, grande absente de l’expérimentation scientifique en classe et Éloge du doute, deux excellents documents qui se retrouvent sur le site de Thot cursus.

Bonne lecture !

Cette entrée a été publiée dans Articles, Coups de coeur, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *