Être différent : Mommy et le TDA/H

mommy1

Mommy (Xavier Dolan) – Extrait

 

 

 

 

 

Mommy, le nouveau chef-d’œuvre cinématographique de Xavier Dolan, a pour mérite, parmi tant d’autres, de mettre de l’avant une problématique de plus en plus diagnostiquée : celle du TDA/H. Le film présente le parcours rocambolesque d’un jeune homme atteint du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, Steve Després, qui trouvera un équilibre précaire auprès d’une mère à l’amour inconditionnel et d’une voisine bégayante et endeuillée.

Si le TDA/H est à priori utilisé par Dolan afin d’ériger les balises de son projet, il transcende rapidement le simple cadre contextuel pour s’établir sans délicatesse dans le langage et le comportement du jeune Steve. D’une part, par son irrésistible penchant pour la danse, s’incarnant tant dans du Céline Dion après un souper que dans du Eiffel 65 lors d’une difficile séance d’étude, Steve exprime un surplus d’énergie qu’il ne peut contenir, une hyperactivité qui le mène la plupart du temps à la turbulence. D’autre part, les déficits d’attention, ici inséparable de son incapacité à ne pas bouger, sont également présentés comme une calamité quotidienne. Lorsque sa voisine lui enseigne à la maison, Steve éprouve de grandes difficultés à maintenir son attention, étant incapable de se concentrer longuement sur une tâche, se laissant distraire tant par sa gomme à mâcher que par d’autres stimulus. La lecture d’un livre, corvée oh combien exigeante et terrible à ses yeux, devient pour lui une grande réussite qu’il faut fêter avec un festin digne du château de Versailles!

Selon Linda Walker, « coach certifié en TDAH », lorsqu’on parle du TDA/H, il faut toujours se rappeler que ce « n’est pas un déficit de l’attention, mais plutôt un déficit dans la capacité à contrôler son degré d’attention, d’impulsivité, et d’hyperactivité ». Si les problèmes d’inattention et d’hyperactivité de Steve sont particulièrement criants, son envahissante impulsivité transperce littéralement l’écran. Que ce soit par ses réactions irréfléchies ou ses fréquentes crises (étrangler sa mère, sauter sur la voiture d’un chauffeur de taxi, se batailler dans le bar), sa mauvaise prise de décision expose outrageusement une grande impulsivité qui le mène la plupart du temps à la violence. Selon le pédopsychiatre François Bange, Mommy s’éloigne alors des manifestations du TDA/H pour se coller à celles du trouble oppositionnel avec provocation (TOP) : « On voit bien dans le film cette difficulté qu’a Steve à accepter les règles, les critiques, et à supporter les frustrations. Mais aussi la facilité avec laquelle il se met en colère de façon extrêmement sévère et récurrente. » Les troubles de comportement ostentatoires de Steve ne se limiteraient donc pas au diagnostic du TDA/H émis par Dolan, son côté agressif-provocateur évoquant également de graves troubles des conduites.

Si les problèmes de Steve Després font de lui quelqu’un de visiblement différent, il est important de se rappeler que la majorité des gens atteints par le TDA/H sont invisiblement différents.

Texte original de Simon Davidson, tuteur spécialisé au Service d’aide spécialisée du collège de Bois-de-Boulogne.

1- Linda Walker, Les signes et symptômes du TDAH chez l’adulte, http://www.tdahadulte.com/deficit-d-attention-adulte/symptomes-tdah-adulte/

2- Bruno Martrette, « Mommy » : des psys décryptent la souffrance d’un ado, http://www.pourquoidocteur.fr/-Mommy—-des-psys-decryptent-la-souffrance-d-un-ado-8181.html

 

Cette entrée a été publiée dans Articles, Coups de coeur, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *